Blogs

VR Arles Festival, à la pointe de la création

1
1

Du 3 juillet au 31 août prochain, se tiendra la deuxième édition du VR Arles Festival. Comme l’indique son nom, ce Festival de Réalité Virtuelle prend place pendant un plus grand Festival, Les Rencontres d’Arles, qui fait les beaux jours des passionnés de photographie depuis 1969, et à présent de renommée internationale. Le VR Arles Festival nous propose une découverte du cinéma, de documentaires et plus globalement une vision de cette nouvelle scène de la création artistique en 360°. Le VR Arles Festival va nous plonger au cœur des meilleures créations mondiales de ce nouveau secteur. Nous étions à la conférence de presse de l’événement, en partenariat avec BNP Paribas.

VRArlesFest-logo-2017

© Droits réservés

Une conférence de presse en compagnie de Benoît Baume, président et directeur de Fisheye (qui organise le Festival), de Sam Stourdze le directeur des Rencontres d’Arles, et de Bertrand Cizeau le directeur de la communication du groupe BNP Paribas. Pour Benoît Baume il s’agit avant tout de « voir comment les auteurs s’approprient un nouveau média pour raconter leurs histoires ». L’année dernière, le jury avait couronné le film LoVR qui a depuis eu une belle carrière internationale. Fier du succès de la première édition ayant rassemblé 5.000 personnes – et victime de son succès, le festival n’ayant plus la capacité d’accueillir du public – cette deuxième année est placée sous le signe de l’ambition avec un espace plus grand, entièrement repensé, qui sera ouvert au public pendant toute la durée du VR Arles Festival de 10h à 19h. Et surtout un espace dédié avec de nombreuses salles dans l’ancien couvent Saint-Césaire d’Arles, lieu réhabilité en une vaste médiathèque avec de nombreuses salles, et dont les conférences se tiendront en extérieur dans les magnifiques jardins. « On attend 50.000 personnes cette année pendant tout l’été, on a prévu 25 casques dans un lieu magnifique. Et bien sûr on va recevoir comme n’importe quel Festival des auteurs et des réalisateurs ». Le festival va bénéficier en outre de conférences / débats pour mieux éclairer le public sur la VR avec par exemple une table ronde sur comment écrire pour la VR, la corrélation entre journalisme et VR ou encore la place de la VR dans le monde de l’art.

Cette année la programmation accueillera 20 films dont certaines exclusivités en avant-première. De l’aveu de Benoît Baume l’année dernière 15 films étaient montrés avec une certaine difficulté pour dénicher les projets de qualité. En un an, le marché a explosé et le nombre d’œuvres a substantiellement augmenté. Le public pourra s’essayer à une plongée dans des fictions, des documentaires et vivre sa propre expérience, le média n’étant plus statique comme au cinéma. Les conférences et délibérations auront lieu la première semaine du Festival mais vous pourrez profiter des œuvres tout l’été. Un jury d’exception d’ailleurs, avec le réalisateur Michel Hazanavicius en Président. À ses côtés l’acteur Vincent Pérez, Benoît Baume et Bertrand Cizeau eux-mêmes, Elisha Karmitz de MK2 Agency, Olivier Mégean PDG du Point (partenaire média), et Mercedes Erra du groupe Havas.

media_file_1281

© Droits réservés

Quand on pose la question à Sam Stourdze pourquoi de la VR au sein d’un Festival de photographies, la réponse est naturelle : « Le VR Arles Festival est le nouveau-né des Rencontres d’Arles. La VR intéresse car elle est une nouvelle écriture de l’image. Écrire un scénario avec une vue en 360° c’est presque de l’anti-photographie car on montre le hors-champ, quand la photo est basée sur cette dualité champ / hors-champ. Et comme le Festival a toujours été à la pointe des évolutions de la photo, nous voulions nous positionner sur les nouvelles pratiques de l’image, un domaine où les choses évoluent très vite, il était primordial de s’intéresser à la VR. Le VR Arles Festival est l’un des 4 grands projets du festival, et avec BNP Paribas et Fisheye nous sommes complémentaires pour proposer un grand Festival. »

4

© Droits réservés

BNP Paribas a toujours été à la pointe de l’innovation. Pour Bertrand Cizeau « BNP Paribas est une entreprise de services qui a toujours eu la volonté de fabriquer de l’engagement autour de ses produits, et le storytelling en est l’instrument essentiel. Nous sommes passionnés de cinéma depuis 100 ans, on s’est lancé dans divers projets notamment le Mobile Film Festival, tout ce qui représente un nouveau style d’écriture est passionnant pour nous. Il était important de nous positionner tout de suite sur la VR qui est le média de demain. On a participé à l’ouverture du premier lieu entièrement consacré à la VR au MK2 Bibliothèque (voir notre article sur We Love Cinema, ndlr). Nous on vient plus du cinéma que de la photographie, mais preuve que la VR vient de toutes parts ». On comprend bien en écoutant le trio que la technologie n’est pas le sujet principal, car on s’ennuierait très vite s’il n’y avait pas de création artistique. C’est d’ailleurs ce qui manque encore dans la VR : les scénarios, car les créateurs commencent tout juste à s’intéresser à ça. C’est sur ce point qualitatif que le Festival veut insister.

Vous pourrez vous essayer à la VR pendant le Festival sur les principaux casques du marché, dont l’Oculus Rift et le HTC Vive. Certaines œuvres ne seront présentes que sur certains casques pour répondre à la volonté des auteurs qui optimisent leur film sur une génération de casque en particulier.

Un beau programme en tout cas. L’ensemble de la sélection, des conférences et la billetterie sont à retrouver sur le site officiel du VR Arles Festival. Et bon Festival à tous !

Par @NicoBalazard (Cine-Nerd.fr)

Nicolas Balazard