Blogs

Steven Spielberg à travers les âges

1
1

Qui ne connaît pas Steven Spielberg ? Grand réalisateur de notre époque, il a marqué à jamais le cinéma américain. En 2018, le cinéaste va être très prolifique puisqu’il propose pas moins de deux films en tant que metteur en scène. Ces deux œuvres sont un peu le reflet d’une carrière exceptionnelle oscillant entre blockbusters et films engagés. Dans Pentagon Papers, en salles le 24 janvier, le réalisateur s’empare d’une histoire vraie en racontant comment le journal The Washington Post  a révélé au début des années 70 les raisons politiques de la guerre du Viêt-Nam. En mars 2018, Steven Spielberg va proposer une œuvre de science-fiction d’envergure, Ready Player One, en adaptant le roman éponyme d’Ernest Cline. Sorte de nouveau Matrix, l’histoire se déroule dans un futur proche. La Terre est en perdition. James Halliday, riche homme d’affaire, a créé un univers de réalité virtuelle, l’Oasis, où la population peut se réfugier. Le financier décide de léguer sa fortune à celui qui trouvera 3 clés dans l’Oasis. La quête vers ce graal s’ouvre alors.

Photo 1 Pentagon Papers

© Universal Pictures International France

Avant de se lancer dans ces deux nouveaux longs métrages très prometteurs, il est temps de revoir 5 œuvres emblématiques de Steven Spielberg.

1/ Les débuts : Les Dents de la mer (1975)

Photo 2 Les Dents de la mer droits réservés

© Tous droits réservés

En 1975, Steven Spielberg est un réalisateur auquel personne ne croit. Son premier film, Sugarland Express, pourtant Prix du Scénario au Festival de Cannes, est un échec. C’est pourtant sur le bureau de son producteur qu’il tombe sur le script du film Les Dents de la mer. Les financiers sont frileux à lui en confier la réalisation. Ils acceptent cependant à condition de limiter les frais. Pendant le tournage, c’est le parcours du combattant. Les requins mécaniques tombent en panne, la météo est infecte, les acteurs n’en peuvent plus de tourner dans l’eau. Et pourtant, l’astucieux Steven Spielberg va surpasser ces difficultés en faisant du film Les Dents de la mer une œuvre terrifiante qui marque toute une génération. Le film devient le plus gros succès mondial de tous les temps (il sera dépassé deux ans plus tard par La Guerre des étoiles). Il est considéré comme le premier blockbuster hollywoodien. La renommée mondiale de Steven Spielberg est lancée ! Le cinéma américain passe à l’ère « Spielberg ».

2/ La grosse machine « Spielberg » : E.T. l’extra-terrestre (1985)

© Tous droits réservés

Le début des années 80 est une période florissante pour Steven Spielberg. Le réalisateur lance en 1982 sa saga Indiana Jones avec Harrison Ford en tête d’affiche. En parallèle, le metteur en scène travaille discrètement sur un scénario écrit par Melissa Mathison, dont le sujet est un extraterrestre perdu sur la Terre et qui souhaite retrouver les siens. Le long-métrage est présenté pour la première fois en clôture du Festival de Cannes. Le public, comme les critiques, sont extasiés par cette histoire touchante. En prime, le cinéaste révèle la jeune actrice Drew Barrymore, dont Steven Spielberg est le parrain. Dans les cinémas, E.T. l’extra-terrestre est un nouveau succès pour le metteur en scène. Il lui permet de créer sa propre maison de production, Amblin Entertainment, dont le logo reprend la scène mythique du film : le vélo qui vole.

3/ Le militant : La Liste de Schindler (1993)

Photo 4 La liste de Schindler droits réservés

© Amblin Entertainment

Après E.T l’extraterrestre, Steven Spielberg change de registre en sortant des premiers films sur l’Histoire : La Couleur pourpre, Empire du soleil. Avec La Liste de Schindler, le cinéaste va récolter les éloges de ses pairs. Il obtient pour ce film 7 Oscars, dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur. C’est la première fois qu’il obtient cette statuette suprême. Pour ce film, il adopte résolument une technique cinématographique qualitative qui l’éloigne de ses projets antérieurs très populaires. Le metteur en scène tourne en noir et blanc (sauf ce fameux manteau rouge) avec une caméra à l’épaule. Le film est une véritable onde de choc du souvenir. Avec l’argent récolté par La Liste de Schindler, Steven Spielberg va avoir une démarche militante en créant une Fondation de l’histoire visuelle des survivants de la Shoah, visant à rassembler les archives vidéo filmées par les Juifs durant la guerre 39/45. Le cinéaste va également produire des documentaires sur cette période noire.

4/ Le film hommage : A.I. Intelligence Artificielle (2001)

Photo 5 AI

© Warner Bros

A.I. Intelligence Artificielle est un projet adapté d’une nouvelle écrite par Brian Aldiss : Les Supertoys durent tout l’été. Elle suit les péripéties d’un robot, sous l’apparence d’un enfant, offert à un couple dont leur fils est cryogénisé en attente d’un remède à sa grave maladie. Si c’est Steven Spielberg qui réalise le film, c’est en réalité Stanley Kubrick qui en eut l’idée en achetant les droits sur le récit en 1983. Cependant, le réalisateur de 2001, l’Odyssée de l’espace se heurte à des difficultés technologiques qui ne lui permettent pas de développer son film dans les conditions escomptées. Le scénario est mis au placard. En 1993, Kubrick découvre Jurassic Park. Il décide de confier son projet ambitieux à Steven Spielberg. Après avoir tenté de lancer le développement, ce dernier finit par abandonner l’idée de réaliser A.I. Intelligence Artificielle. C’est seulement à la mort de Stanley Kubrick, en 1999, que son ami reprend les rênes de cette folle histoire. Elle voit le jour sur le grand écran en 2001 sous les traits d’un jeune acteur alors très en vogue, Haley Joel Osment.

5/ Lancement vers la 3D : Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne (2011)

© Sony Pictures

C’est en 2007 que les deux comparses Steven Spielberg et Peter Jackson ont le projet fou de lancer une trilogie Tintin en motion capture 3D. La production du premier film est lancée. C’est Steven Spielberg qui se charge du premier volet. Il adapte les trois célèbres albums d’Hergé Le Secret de La Licorne, Le Crabe aux pinces d’or et Le Trésor de Rackman le Rouge. Son choix du Tintin se porte sur l’acteur Jamie Bell, lancé au cinéma par le film Billy Elliot. A la sortie en salles, si le film est une déception en nombre d’entrées aux États-Unis, il réussit à être bénéficiaire grâce aux revenus monde. Cependant, le manque d’engouement autour du reporter fige un peu la production des deux autres films. Aujourd’hui, on attend toujours le lancement du second opus, qui serait l’adaptation par Peter Jackson des albums Les Sept Boules de Cristal et Le Temple du Soleil. A voir s’il se concrétise dans les prochaines années…

2018 est arrivée et Steven Spielberg n’est toujours pas prêt à prendre sa retraite. En effet, le réalisateur annonce dans les prochaines années des grands projets comme un Indiana Jones 5 qui devrait sortir en 2020, toujours incarné par Harrison Ford. Quelques rumeurs laissent penser que le cinéaste envisagerait également de faire un remake de West Side Story. Le mythe Spielberg n’est pas prêt de se tarir…

Par @Antoine_Corte

antoine_corte