Blogs

Ready Player One, entre grand film et Arcade Bar

2
2

À peine deux mois après la sortie du très bon et très politique Pentagon Papers, les hasards de la distribution font que Steven Spielberg sort son deuxième film de 2018 ce 28 mars, une fresque ambitieuse de science-fiction d’après un best-seller littéraire d’Ernest Cline, deux films qui n’ont rien à voir si ce n’est une ambition et un amour profond du cinéma. Ready Player One a tout du futur film culte en puissance qui devrait autant parler aux générations des années 70, 80, 90, qu’à l’actuelle, et c’est vraiment sa force. Pour accompagner la sortie de ce film évènement, BNP Paribas et Warner Bros proposent une expérience immersive inédite, avec l’installation de l’Arcade Bar Ready Player One, un lieu éphémère au cœur de Paris.

READY PLAYER ONE

© 2017 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC

Synopsis : 2045. Le monde est au bord du chaos. Les êtres humains se réfugient dans l’OASIS, univers virtuel mis au point par le brillant et excentrique James Halliday. Avant de disparaître, celui-ci a décidé de léguer son immense fortune à quiconque découvrira l’œuf de Pâques numérique qu’il a pris soin de dissimuler dans l’OASIS. L’appât du gain provoque une compétition planétaire. Mais lorsqu’un jeune garçon, Wade Watts, qui n’a pourtant pas le profil d’un héros, décide de participer à la chasse au trésor, il est plongé dans un monde parallèle à la fois mystérieux et inquiétant…

Contrairement à ce que les bandes annonces de Ready Player One le laissaient supposer, le film de Steven Spielberg est loin d’être un simple clin d’œil à la pop culture d’antan, recyclant les références dans un but faussement cool. C’est une grande fresque d’aventure, se déroulant d’une part dans une réalité morne et grise complètement décadente, opposée au monde virtuel plein de couleurs et où tous les fantasmes sont permis, qui offre au réalisateur son lot de séquences exaltantes mêlées à des scènes plus introspectives. D’une séquence de course de voitures, purement hallucinante, à une énorme scène de bataille impliquant des centaines de personnages, les scènes d’action de Ready Player One sont cultes dès la première vision – mais il vous en faudra plus d’une pour trouver toutes les références.

Copyright 2017 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. 2

© 2017 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC

Avec les effets spéciaux les plus délirants depuis Avatar (les scènes restant hyper lisibles), la performance capture alliée à la technologie de pointe permettent à Spielberg d’orchestrer un spectacle total où le storytelling nourrit l’image, dont la fluidité et la maîtrise nourrissent eux-mêmes la narration (il joue avec l’échelle, les mouvements, la gravité, le temps, les décors qui se déplacent autour des personnages…). Spielberg repousse les limites de son imagination dans ce film largement réalisé en images de synthèse, où le sens du détail est phénoménal. C’est bien simple : il se passe toujours quelque chose à l’écran dans un but précis – comme la gestion des inventaires ou les personnages qui meurent en droppant des pièces comme dans un jeu, si bien que l’OASIS est plein de vie et un personnage à part entière.

Ready Player One est également un délice de cinéphile : sans vous spoiler la séquence, à un moment, on se retrouve en immersion dans un célèbre film d’horreur, à l’intérieur même du décor que tout le monde connaît, à anticiper l’action dont le personnage ne se doute pas (n’ayant pas vu le film d’horreur en question). C’est l’une des séquences les plus jouissives et l’illustration parfaite de pourquoi la surabondance de clins d’œil pop culture fonctionne ici : le film ne se contente pas de recycler, il fusionne ces éléments avec son propre univers pour en faire quelque chose de cohérent (et passionnant à regarder). Il y a une grande satisfaction, un plaisir simple enfantin – d’autant plus que le film est aussi très drôle du début à la fin – et alterne avec brio les séquences entre le monde réel et l’OASIS. Le seul petit point négatif, c’est que le background des personnages est un peu passé à la trappe (à part le héros Wade Watts un peu plus consistant), chaque histoire individuelle semblant plutôt simple dans le petit groupe. Cela fait le job mais on espérait plus. Outre l’immense divertissement, Ready Player One est aussi très fort dans ses messages sous-jacents (le rassemblement, l’identité, l’amitié…) doublé d’un cri d’amour bienveillant à la pop culture dont Spielberg a lui-même posé quelques jalons. Bref vous l’aurez compris, un morceau de cinéma à ne surtout pas rater !

Copyright Nicolas Balazard 1

© Nicolas Balazard

Et donc pour prolonger le plaisir en immersion, nous nous sommes rendus à l’Arcade Bar Ready Player One situé au Grand Bréguet, au 17 de la rue du même nom dans le 11e arrondissement de la capitale. Ce pop-up bar est ouvert gratuitement à tous du 21 au 27 mars, de 8h à 2h, juste avant la sortie du film. Dès les portes franchies, le ton est donné : dans une ambiance rétro et futuriste, le visiteur est notamment invité à vivre cinq expériences en VR inédites (on rappelle que BNP Paribas est très impliqué dans le sujet, souvenez-vous de notre visite du MK2 VR ou le VR Arles Festival). Nous avons pu tester quatre expériences sur les cinq proposées grâce à la technologie HTC Vive : Gauntlet un culte de l’Arcade revisité, un FPS où on affronte des vagues d’ennemis de IOI l’antagoniste dans le film, un casse brique 3D dans lequel on attrape une sphère qu’on renvoie sur des blocs en espérant faire des combos et toucher des cases spéciales, et enfin un jeu d’arcade sorte de ping pong où on devait renvoyer des balles sur une cible tout en éloignant des bombes de la trajectoire… Des expériences sympathiques inspirées du film.

Copyright Nicolas Balazard 4

© Nicolas Balazard

Il y a aussi de nombreuses bornes d’arcade avec des jeux cultes comme Defender, Gorf, Gravitar, Ikari Warriors, Joust, Marble Madness, Robotron, Sinistar, Smash TV, Spy Hunter, Tapper et bien sûr Mortal Kombat. Et vous pourrez également découvrir des éléments de décor du film, tout en sirotant un petit verre ou en mangeant un morceau – car c’est un vrai bar. Donc autant vous dire que pour l’ambiance et le partage, il est hautement recommandé d’y aller en famille ou entre amis ! Si vous êtes dans le coin, je ne saurais que vous conseiller d’aller y faire un tour avant ou après votre séance, car le film aura plusieurs avant-premières avant sa sortie !

Copyright Nicolas Balazard 6

© Nicolas Balazard

Par @NicoBalazard (Cine-Nerd.fr)

Nicolas Balazard