Blogs

Quand Hollywood nous envie nos réalisateurs

3
3

On parle toujours beaucoup des Américains lorsqu’on aborde le cinéma hollywoodien et pourtant… on oublie que les réalisateurs français y ont toujours eu leur place, et que ce n’est pas prêt de s’arrêter. Alors, Hollywood serait-il vraiment Hollywood sans nos réalisateurs et notre influence ? Retour sur ces Français qui font tourner l’étranger.

cover Les frères sisters (c) UGC distribution

© UGC Distribution

On le sait depuis que Marion Cotillard et Jean Dujardin ont eu leur Oscar (grâce au réalisateur français Michel Hazanavicius d’ailleurs) : French is the new cool. Ou plutôt : est de nouveau cool ! Parce qu’en dehors de nos acteurs qu’on nous envie depuis toujours, c’est désormais nos réalisateurs qui brillent de nouveau à l’étranger. La preuve en est avec deux films à sortir prochainement qui font déjà beaucoup parler d’eux : Galveston et Les Frères Sisters.

Ces deux films, le premier réalisé par Mélanie Laurent et le second par Jacques Audiard, ont d’ailleurs été tous les deux présentés au Festival du cinéma américain de Deauville. Les Frères Sisters a quant à lui carrément remporté le Prix de la mise en scène à la 75ème Mostra de Venise. Avec tout ça, on en oublierait presque qu’ils sont réalisés par des Français, et pour cause !

Dans ces deux films, le casting américain a en effet de quoi faire pâlir certains grands noms du cinéma international : Ben Foster, Elle Fanning, Lili Reinhart, Joaquin Phoenix, John C. Reilly, Jake Gyllenhaal… voilà un petit aperçu des acteurs ayant accepté de tourner pour nos réalisateurs français pour parfois un genre que l’on pensait réservé aux Américains. Et oui, qui aurait parié sur Audiard pour réaliser un western ? Peu importe, ces deux excellents réalisateurs ont réussi leur mission et ce ne sont pas les seuls !

galveston (c) The jokers

© The Jokers

Car on a tendance à l’oublier trop souvent, mais le cinéma made in France a pourtant inspiré Hollywood plus d’une fois : demandez aux plus grands acteurs ou réalisateurs étrangers qui leur a fait aimer le cinéma et quelles sont leurs références en la matière. Il y a de fortes chances que vous entendiez comme réponse : Godard, Truffaut, Tati, Bresson ou encore Cocteau, Melville ou Demy. Ces cinéastes représentent aux yeux du monde une influence et un style que le monde entier a suivi et continue d’imiter.

Certes, on peut trouver que ces références sont un peu datées et plus trop adaptées au cinéma d’aujourd’hui. Mais les Français ne se sont pas contentés de cela pour impressionner Hollywood et le monde entier. Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet n’a-t-il pas été un succès mondial ? Jeunet a d’ailleurs également réalisé par la suite Alien, la résurrection directement aux États-Unis avant de s’offrir le luxe de refuser la réalisation d’un épisode d’Harry Potter et de perdre la réalisation de L’odyssée de Pi.

Alors on sait désormais que les Américains adorent notre façon de filmer l’amour, de filmer le rêve, mais on oublie qu’en matière d’action aussi, Hollywood regarde de notre côté et aime bien tourner pour nous. Et dans ce domaine, on doit avouer que malgré toutes les critiques, Luc Besson a fortement contribué à faire de la France une terre de blockbusters également. De Nikita à Valérian, il a toujours eu des castings internationaux et une réalisation musclée qui lui aura valu des succès au box-office et un succès public impressionnants dans le monde entier.

Valerian et la cité des 1000 planètes (c) EuropaCorp - VALERIAN SAS – TF1 FILMS PRODUCTION

© EuropaCorp – VALERIAN SAS – TF1 FILMS PRODUCTION

Côté name dropping international avec des acteurs qui n’ont d’yeux que pour nos réalisateurs, Olivier Assayas s’est également démarqué ces dernières années avec entre autre Sils Maria ou Personal Shopper. Et on ne parle même pas des films français tournés en France qui vont avoir le droit à des remakes américains comme Intouchables, car on commencerait presque à prendre la grosse tête…

Si les réalisateurs français sont peut-être moins préparés pour l’instant au marché chinois, demandeur de beaucoup d’action et de 3D, il semblerait qu’ils continuent pourtant d’avoir un fort succès en Europe et de l’autre côté de l’Atlantique où nous ne sommes pas prêts de disparaitre. Après tout, c’est bien la réalisatrice française Agnès Varda qui a reçu un Oscar d’honneur cette année, non ? Alors, qui a dit que le ciné français, ce n’était pas cool… ?

Par @AnaBerno

AnaBerno Blogueuse