Blogs

Mary : Chris Evans et Marc Webb de retour au cinéma indépendant

1
1

Tous les fans de (500) jours ensemble attendaient ce moment : le retour de Marc Webb à la réalisation d’un film indépendant. C’est chose faite avec Mary qui sera en compétition au 43ème Festival de Deauville et on parie qu’il saura conquérir le cœur du public ! Voici pourquoi.

 Image 1

© 2017 Twentieth Century Fox

Synopsis : Un homme se bat pour obtenir la garde de sa nièce, qui témoigne d’un don hors du commun pour les mathématiques.

Si vous n’avez jamais vu (500) jours ensemble, l’exceptionnelle comédie romantique pas comme les autres, il est encore temps de vous rattraper. Car ce Mary a clairement des faux airs du film avec Zooey Deschanel et Joseph Gordon Levitt. Mais cette fois-ci, c’est un autre genre d’amour qui est abordé : un amour familial et un combat pour qu’un oncle et sa nièce puisse continuer à vivre ensemble.

Ces dernières années, le réalisateur Marc Webb s’était plutôt essayé aux blockbusters américains avec The Amazing Spider-Man. Pour Mary, c’est un autre acteur de l’univers Marvel qu’on redécouvre avec Chris Evans en tonton poule. Disons-le franchement, pour l’un comme pour l’autre, c’est définitivement dans les films indépendants qu’on les préfère !

Image 2

© 2017 Twentieth Century Fox

Pourtant, Mary bénéficie d’un très joli casting, avec en plus Octavia Spencer et Lindsay Duncan. Malgré tout, ces têtes d’affiche se font voler la vedette par la très juste et douce Jenny Slate dans le rôle du professeur, mais surtout par la pétillante Mckenna Grace qui joue Mary. Avec un talent incroyable, cette petite Mary nous fait rire quand elle le veut puis peut nous arracher une larme dans la scène suivante. Par son impertinence, son intelligence et son innocence, son personnage transporte le film dans un ensemble de tendresse qui fait un bien fou. Mary devient au fur et à mesure un vrai joli film, aussi bien dans sa photographie, que dans les émotions provoquées ou dans ce qui y est raconté.

Car sous ses gentils airs de film sur une enfant surdouée, Mary est aussi et surtout un drame familial et social. On y aborde élégamment de nombreux thèmes liés à l’éducation des enfants et sur les choix que les adultes font à leur place notamment. Un vrai bras de fer moral s’impose petit à petit dans le film afin de savoir ce qui serait le mieux pour la vie et l’équilibre de cette petite fille. Un parallèle se crée également avec le personnage de Chris Evans, sur son passé et sa relation avec sa mère, mais aussi sur les préjugés sociaux qui l’entourent.

Image 3

© 2017 Twentieth Century Fox

Chris Evans y est d’ailleurs plus vrai et touchant que jamais. Il forme un duo impeccable aussi bien avec le personnage de Mary qu’avec celui de sa mère, celui de la professeure ou même avec sa voisine jouée par Octavia Spencer. Si cette dernière n’a qu’un rôle mineur peu exploité, elle intervient à certains moments forts, comme par exemple lors d’une scène dans une salle d’attente qu’on vous laissera découvrir et apprécier…

Si Mary ne marquera peut-être pas l’histoire du cinéma en se révélant être un « must see », il faut lui reconnaître toutes ses belles qualités et ne pas hésiter à aller passer un tendre et joli moment au cinéma dès le 13 septembre. Bonus, le film dure juste le temps qu’il faut, autour d’1h30 ! On lui souhaite un beau parcours en France et au Festival de Deauville, mais avec ce duo du colosse et de la petite génie, je ne serais pas surprise de le voir repartir avec le Prix du public…qui serait mérité !

Bande-annonce ci-dessous :

Par @AnaBerno

AnaBerno Blogueuse