Blogs

Lego Batman, le Film : the Dark Brick rises

1
1

Phil Lord et Chris Miller, les petits génies de l’animation décalée déjà derrière les deux formidables Tempête de boulettes géantes (2009 et 2013), cassaient la baraque en 2014 avec La Grande Aventure Lego. Hautement méta, blindé de références à la pop culture, avec en plus un discours subversif sur notre société, le duo ouvrait le chemin du cinéma à la firme des petites briques. Inutile de dire que vu l’humour déjà présent dans tous les jeux vidéos Lego, on avait très hâte de voir le traitement ciné réservé à Batman.

 Image 1 tout droits réservés Warner bros

© Warner Bros. France

Synopsis : Les jours se suivent et se ressemblent à Gotham city. Le Joker sème le chaos, et Batman le combat inlassablement, avant de retourner dans la solitude de sa Batcave. Mais le départ à la retraite du commissaire Gordon, remplacé par sa fille aux méthodes plus modernes vont changer cette routine et forcer Batman à s’adapter.

La solitude que Bruce Wayne s’inflige est ce qu’on peut appeler un classique dans l’univers de Batman. Mais la traiter avec autant d’humour, ça c’est une première ! Il aurait été en effet très facile de prendre l’excuse du « film pour enfants » pour se cantonner à une histoire simpliste de gentils contre les méchants. Au lieu de ça, on a une exploration intéressante du thème de la solitude et de la peur de s’engager émotionnellement. Toujours sur le fil entre vraie tragédie perso et vraie comédie absurde, de la même manière que La Grande Aventure Lego, le film tient un double propos à la fois adulte et divertissant qui réserve même des moments émouvants.

 Image 2 tout droits réservés Warner bros

© Warner Bros. France

Pour la réalisation, Phil Lord et Chris Miller étant occupés par la préparation du spin off de Star Wars sur Han solo, la réalisation échoit à Chris McKay déjà dans l’équipe de La Grande Aventure Lego. Et le bougre fait aussi bien : une pluie de références pop et ciné, des détails en rafale au point qu’il faudra revoir le film facilement 5 fois pour tout saisir. Sans oublier le côté méta avec une évocation permanente et géniale de tous les Batman passés. Ajoutez à ça une tonne de vannes sur la double identité, et des images aux détails techniques incroyables, et vous comprendrez aisément que ce film va mobiliser vos zygomatiques et vos yeux du début à la fin.

Et puis ne négligeons pas non plus la qualité d’écriture des personnages. Honnêtement, passer après Suicide Squad fait réaliser à quel point le Joker hérite ici d’un traitement enfin à sa hauteur. Mettre en exergue la relation de co-dépendance qu’il partage avec Batman est quelque chose qu’on ne s’attendait pas à voir et qui fait rudement plaisir. Une belle mise en perspective, d’autant plus que Harley Quinn est enfin bien représentée à l’écran (oui, Suicide Squad , on te juge !). Tous les méchants sont évidemment une régalade pour tout fan qui se respecte, mais on craquera surtout pour le trop choupi Robin. Avec son regard de cocker face à Batman, handicapé des sentiments, le duo est aussi hilarant dans l’action qu’émouvant dans cette relation père/fils de substitution.

Image 3 tout droits réservés Warner bros

© Warner Bros. France


Lego Batman, le Film
tient absolument toutes ses promesses. A la fois adulte et enfantin, hilarant et touchant, blindé de références culturelles joyeusement brocardées, le tout dans une jouissive tornade visuelle. Et en plus de tout ça, le film tient la route même quand on est fans des comics… Que demander de plus ? Au hasard : un Star Wars Lego movie, un Indiana Jones Lego movie et un Harry Potter Lego movie… Pour commencer.

Par @ChroniquesCanap

SignatureWLC_Quentin_Durand