Blogs

Le rap et le cinéma

0
0

Tout nous sépare débarque sur les écrans ce mercredi 8 novembre. Le film réalisé par Thierry Klifa (Les yeux de sa mère, Bus Paladium) est un drame choral au casting 5 étoiles. On y retrouve notamment Catherine Deneuve, Diane Kruger ou encore Nicolas Duvauchelle. L’œuvre marque surtout les débuts du rappeur Nekfeu au cinéma. Celui qui avait déjà composé la bande originale de Five d’Igor Gotesman vient ici interpréter un jeune de cité confronté à la bourgeoisie à travers une histoire d’enlèvement et de chantage.

Photo 1

© Mars Films

Ce n’est pas la première fois qu’un rappeur investit le milieu du cinéma. Ils sont nombreux à avoir franchi le pas, souvent dans des rôles autobiographiques pour raconter leur parcours, parfois difficile, les ayant amenés dans l’univers du rap.

Les rappeurs devenus réalisateurs

Abd al Malik est un rappeur ayant fait des études en philosophie et lettres classiques. Inspiré par ses croyances à l’Islam, il allie des sonorités multiples tirées notamment du jazz, du rap et du slam sur des textes engagés qui prônent la paix et la tolérance. Détenteur d’une victoire de la musique, le musicien est également auteur d’un livre Qu’Allah bénisse la France qu’il décide d’adapter au cinéma. Le film, sorti en 2014, est une libre autobiographie inspirée de son enfance racontant son parcours vers la musique dans une cité de Strasbourg.

Photo 2

© La Belle Company

Actuellement sur le devant de la scène avec son nouvel album La fête est finie, Orelsan s’est lui aussi essayé à la réalisation. Avec Christophe Offenstein, il coréalise le film Comment c’est loin en 2015. La collaboration des deux acolytes a démarré musicalement avec le groupe Casseurs Flowters. Puis ce duo a ensuite participé à l’aventure Bloqués du nom d’une série de pastilles comiques, produites pour Canal+. Dans Comment c’est loin, les deux artistes gardent un ton humoristique en se mettant en scène à travers deux personnages qui ont 24 heures pour sortir une chanson de rap. Les deux protagonistes doivent oublier leurs paroles de mauvais goût et réfléchir à des paroles percutantes.

Les puristes crieront peut-être au scandale. Tant pis… Impossible ici de ne pas évoquer le slammeur Grand Corps Malade qui a coréalisé avec Medhi Idir le film autobiographique Patients. Le chanteur envahit la scène musicale dès 2006 en devenant un modèle de valeurs et de courage pour la jeune génération, notamment avec les textes touchants de son album Midi 20. Avec Patients, l’artiste met en scène sa lutte acharnée pour se remettre d’un grave accident subi à l’âge de 20 ans qui a failli le laisser paralysé.

Les rappeurs devenus acteurs

Il est l’une des figures emblématiques du rap international. Eminem a également joué un rôle principal dans le film 8 Mile de Curtis Hanson. L’homme aux 15 Grammy Awards exorcise avec cette œuvre son enfance difficile, élevé dans une banlieue noire située le long de 8 Mile Road. Petit blanc gringalet, il est rejeté de la communauté jusqu’au jour où il choisit de participer à des « clashs », concours de joutes oratoires rappées pour lesquels il a un don.

Photo 3

© Mars Films

Personnalité incontrôlable du rap français, Didier Morville, alias JoeyStarr, fait figure d’exception. L’électron libre, membre du groupe NTM, rentre dans le cinéma sans forcément vouloir raconter sa propre histoire, ni jouer des rôles de rappeurs. A ces débuts devant la caméra, il apparaît notamment dans le film La Haine, La Tour Montparnasse infernale ou Old School. C’est grâce au talent de la réalisatrice Maïwenn qu’il va coupler la reconnaissance de la profession avec le succès public. Il est nommé au César du meilleur second rôle pour Le Bal des actrices et Polisse, son rôle le plus emblématique dans lequel il interprète un policier de la brigade des mineurs confronté à un lourd quotidien.  Récemment, JoeyStarr s’est tourné vers la fiction télé en interprétant un criminel dans la série La main du mal pour TF1. Il fait également une apparition dans le film Alibi.com avec la bande à Fifi.

L’incursion des rappeurs dans le cinéma est répandue. Si le grand écran est très souvent un moyen pour faire connaitre leur milieu urbain, on voit de plus en plus ces musiciens devenir de véritables acteurs, à l’instar d’une Queen Latifah aussi connue pour ses films que pour ses chansons aux Etats-Unis. Alors Orelsan ou Nekfeu sont-ils les futurs Patrick Bruel et Vanessa Paradis ? A voir.

Par @Antoine_Corte

antoine_corte