Blogs

César 2018 : le débrief !

1
1

C’était vendredi 3 mars à la salle Pleyel et tout le gratin du cinéma y était : la 43ème  Cérémonie des César promettait un palmarès varié avec tous les genres du cinéma français représentés (oui oui, même l’horreur, avec Grave de Julia Ducournau) et même une nouvelle catégorie. La différence, cette année, c’est que moi aussi j’y étais (oui, je sais, c’est un choc) et voici donc le récit de la soirée !

Favoris et surprises

Partant loin devant, grands favoris, les films de Robin Campillo 120 battements par minute et d’Albert Dupontel Au revoir là-haut comptabilisaient chacun treize nominations. Juste derrière venaient Le Sens de la fête du duo Toledano/Nakache (10 nominations), Barbara de Mathieu Amalric (8 nominations) puis Petit Paysan d’Hubert Charuel (8 nominations).

Sans surprise, les deux favoris ont raflé la majorité de la mise : 6 prix (dont meilleur film) pour Campillo et son film sur la lutte contre le sida dans les années 1990, et 5 pour Dupontel (dont meilleure réalisation) qui continue d’emmener le cinéma français dans son univers proche de celui de Terry Gilliam pour notre plus grand plaisir !

La surprise est venue de Petit paysan qui repart avec les César du meilleur acteur pour Swann Arlaud, de la meilleure actrice dans un second rôle pour Sara Giraudeau et meilleur premier film pour Hubert Charuel. Laissant derrière lui Le Sens de la fête et Grave, soit une comédie et un film d’horreur, deux genres « nommables mais pas récompensables ». Dommage, on aurait bien aimé au moins un prix pour chacun, ne serait-ce que pour voir Bacri faire un discours d’acceptation !

image 1

© Canal+

Manu Payet et l’année délicate

Comment divertir autour du cinéma dans un contexte aussi grave que celui de ces derniers mois dans le métier ? Vaste question. Le maitre de cérémonie, Manu Payet, a décidé d’y répondre en s’autorisant quelques vannes sages, et surtout en ne plaisantant pas sur le sujet. Entre le ruban blanc distribué à l’entrée pour symboliser la lutte contre les violences faites aux femmes et la mise en place du #MaintenantOnAgit, le sujet était bel est bien le fil rouge de la soirée. D’autre part, la rubrique nécrologique fut si chargée en 2017 qu’il aura fallu séparer les hommages en 3 parties : Rochefort, Darc, Johnny, Moreau, Rich… Le moral en prenait un coup à chaque fois ! Va faire des blagues entre femmes violentées et acteurs morts, toi… Il aura quand même le temps d’un happening musical et d’une fausse bande annonce moquant les comédies grasses françaises (« La Saucisse ») pour réussir à nous faire rire.

image 2

© Canal+

Penélope Cruz à l’honneur

Comme chaque année, l’Académie remet un César d’honneur à une célébrité du cinéma internationalement reconnue pour lui signifier son appréciation. Cette année, on en a eu trois pour le prix d’une ! La stellaire (oui) Penélope Cruz, venue avec son mari Javier Bardem (et oui !) pour un prix remis par surprise par… Pedro Almodovar en personne (oui, oui !). Pour elle, beaucoup d’émotions et un discours touchant, et pour nous une furieuse envie de revoir toute sa filmographie !

image 3

© Canal+

On attend évidemment vos avis sur le palmarès, et moi je vous dis à l’année prochaine avec encore le meilleur du cinéma français au menu !

Par @ChroniquesCanap

SignatureWLC_Quentin_Durand