Blogs

Cannes 2017 est-il Kidman ?

0
0

Pour sa 70ème édition qui débute cette semaine, le Festival de Cannes a prévu une programmation exigeante qui cadre avec l’image d’un événement qualitatif. On ne peut citer toutes les stars qui fouleront le tapis rouge tant la liste est impressionnante ! Pourtant, dans ce parterre infini, il s’en dégage une à qui le Festival a décidé de rendre un hommage appuyé : Nicole Kidman. Alors, l’édition 2017 sera-t-elle l’année de l’icône blonde ?

Le rendez-vous manqué : Dogville

Photo 1 Dogville Nicole Kidman Les Films du Losange

© Les Films du Losange

Nicole Kidman n’en est pas à son premier Festival de Cannes. On retrouve l’actrice sur le tapis rouge dès 1992 où elle présente hors compétition Horizons lointains de Ron Howard. Après un passage timide en 1995 en séance spéciale avec To Die For de Gus Van Sant, c’est en 2001 que la star concourt pour la première fois en compétition officielle avec la comédie musicale Moulin Rouge ! de Baz Luhrmann, en ouverture du Festival. Mais c’est deux ans plus tard qu’elle est l’une des favorites pour obtenir le prix d’interprétation avec Dogville du sulfureux Lars von Trier. La récompense lui échappe, au profit de Marie-Josée Croze pour Les Invasions barbares de Denys Arcand. Mais Nicole Kidman est alors à son apogée. Elle est l’actrice américaine la mieux payée avec des projets artistiques qui foisonnent.

La traversée du désert

 Photo 2 Nicole Kidman Grace de Monaco David Koskas 2014- stone angels

© David Koskas / 2014 – STONE ANGELS

Pourtant, la fin des années 2000 ouvre une période de creux artistique pour la star qui se perd dans des choix contestables aux côtés de réalisateurs qui ne sont pas au mieux de leur période de créativité… On peut notamment citer le raté Nine de Rob Marshall ou encore le très grossier Australia de Baz Luhrmann. A Cannes, elle refait une apparition en compétition officielle à travers le très décrié Paperboy de Lee Daniels, où elle joue une quinquagénaire qui urine sur Zac Efron. Puis, elle refait l’ouverture du Festival en 2014 sous les joyaux de la couronne de Grace de Monaco d’Olivier Dahan qui ont perdu de leurs éclats. Son visage figé, Nicole Kidman se prend la critique de plein fouet.

Le retour en force en 2017

 Photo 3 Nicole Kidman Big Little Lies

© HBO

Cependant, l’année 2017 est de bon augure pour l’ancienne compagne de Tom Cruise. Elle commence par la diffusion de la série Big Little Lies, qu’elle coproduit pour la chaine américaine HBO. Fière de ce coup de maitre, Nicole Kidman semble renouer avec le succès en s’investissant dans des rôles d’envergure capables de lui faire enfin remporter un prix d’interprétation cannois. Cette année, elle peut compter sur deux films en compétition pour lui permettre d’être au Palmarès. Dans Les Proies de Sofia Coppola, l’actrice incarne une gérante d’un internat pour jeunes filles aux États-Unis en pleine guerre de Sécession. Un jour, un soldat blessé du camp adverse débarque, bouleversant complètement le quotidien de ce lieu féminin. Nicole Kidman tient également le rôle féminin principal dans le très mystérieux Mise à mort du cerf sacré de Yórgos Lánthimos.

Des concurrentes de choix

 The Beguiled

© Universal Pictures

Hors compétition, l’actrice de 49 ans, qu’on dit préoccupée par son âge, passera le relais à la jeune génération en jouant au côté d’Elle Fanning dans Comment parler aux filles en soirée de John Cameron Mitchell. Enfin, Nicole Kidman fait également une apparition dans la saison 2 de la série Top of the Lake de Jane Campion, hommage de Thierry Frémaux, Délégué Général du Festival, à la seule réalisatrice ayant un jour reçu une Palme d’or.

Sans contexte, les festivaliers ne pourront pas passer à côté de Nicole Kidman cette année. ! Néanmoins, le prix d’interprétation n’est pas encore acquis pour cette icône. Elle devra notamment combattre d’autres étoiles de taille, à commencer par une Isabelle Huppert plus qu’armée qui revient une fois encore en compétition sur la croisette avec Happy End de Michael Haneke. Du danger aussi avec Julianne Moore, déjà détentrice du prix d’interprétation pour Maps to the Stars de David Cronenberg, qui descendra pour défendre les couleurs de Wonderstruck de Todd Haynes. A moins que le Jury, présidé par Pedro Almodovar, choisisse d’aller chercher des perles méconnues du cinéma lituanien (Une femme douce de Sergei Loznitsa) ou des écrans asiatiques (Vers la lumière de Naomi Kawase). Une chose est sûre, la compétition s’annonce passionnante. On a hâte de se lancer dans le grand bain cannois.

Par @Antoine_Corte

antoine_corte