Blogs

Black Panther : Wakanda Forever !

3
3

Très attendu depuis l’apparition du personnage dans Captain America : Civil War, l’origin story de Black Panther sort le 14 février en France et a déjà réussi à créer partout dans le monde un engouement incroyable alors même que le Marvel Cinematic Universe fête déjà ses 10 ans. Alors, cette hype autour du film est-elle justifiée ?

Synopsis : Après les événements qui se sont déroulés dans Captain America : Civil War, T’Challa revient chez lui prendre sa place sur le trône du Wakanda, une nation africaine technologiquement très avancée. Mais lorsqu’un vieil ennemi resurgit, le courage de T’Challa est mis à rude épreuve, aussi bien en tant que souverain qu’en tant que Black Panther. Il se retrouve entraîné dans un conflit qui menace non seulement le destin du Wakanda, mais celui du monde entier…

© Walt Disney Marvel

Un vrai film « badass »

La réponse est OUI. Cent fois oui ! Black Panther est une véritable réussite et un nouveau souffle dans un univers Marvel qui commençait à se faire répétitif et sans surprise. Même si le manque de suspense se fait toujours un peu présent car on sait qu’on doit retrouver les personnages dans les prochains films Marvel, Black Panther réussit à créer la surprise. En allant voir plus loin que le sort de New York, en s’attaquant à des sujets de société et politiques mondiaux (pauvreté, racisme, persécution, terrorisme…), Black Panther a un intérêt qui fédère avec un message universel.

Et même si l’on y rencontre un roi et un pays riche, le Wakanda, Black Panther mêle de la technologie intelligente et des effets spéciaux à un retour à des films d’action plus classiques. D’ailleurs, plusieurs fois dans le film, les combats au corps à corps prennent une place importante. Loin des armures de super-héros, loin aussi des supers pouvoirs, Black Panther se fait plus vrai et plus puissant avec ces hommes et ces femmes qui se battent pour leur pays, l’égalité, le partage des richesses etc.

Il n’empêche que lorsqu’il y a le retour des costumes et de la technologie, les scènes d’action ne se font pas moins intéressantes, bien au contraire ; la palme à une poursuite en voiture en plein milieu d’une ville de Corée, ultra bien fichue ! La découverte du Wakanda, pays fictif mais aux allures de films de science-fiction traditionnels, se fait aussi intelligemment. Et si l’on découvre plus d’information sur ce fameux pays fournisseur du vibranium et que l’on veut le lier aux anciens films Marvel, Black Panther existe pourtant très bien tout seul. Il se comprend sans avoir vu aucun autre film de super héros, et l’on regretterait même de voir ces personnages se retrouver mêlés à tous les autres et sous-exploités potentiellement dans les prochains films, tellement il y a de choses à raconter et à apprécier chez ces différents personnages, dont le casting impeccable fait la force du film.

© Marvel Studios 2018 Matt Kennedy

Des personnages forts

Il faut dire que Ryan Coogler, le réalisateur, nous a habitués à raconter des histoires fortes autour d’acteurs qui le sont tout autant dans Fruitvale Station ou Creed. Que les fans du duo Coogler/Michael B. Jordan se rassurent, ils fonctionnent toujours aussi bien ensemble. Car si Chadwick Boseman fait un Black Panther impeccable, classe, sage, intelligent et fort, Michael B Jordan le tire vers le haut en échangeant la réplique avec lui à merveille. Impressionnant physiquement, ultra crédible, le personnage de Jordan sert le propos social de façon optimale, tout en offrant sa dose d’action au film. Il est clairement un des personnages les plus convaincants de la saga Marvel !

Mais si le film fait beaucoup parler de lui pour son casting à 90% africain ou afro américain, grâce à des rôles qui offrent effectivement pour une fois une représentation forte de la communauté noire, on oublie trop à mon goût de parler de ce casting féminin incroyable sur lequel se repose aussi Black Panther ! Trois femmes principales (hormis sa mère) gravitent constamment autour du roi T’challa : sa sœur (le cerveau, une surdouée de la technologie et drôle en plus), la responsable de son armée (qui botte des fesses sans sourciller, ultra badass, intelligente et profondément humaine), et son ex jouée par Lupita Nyong’o (guerrière sociale, qui lui fait prendre conscience des inégalités dans le monde et sans qui Black Panther perd ses repères).

© Walt Disney Marvel

Et le film ne s’arrête pas là, car il ne sous-exploite pas ces trois personnages, bien au contraire. Très souvent, on ne voit qu’elles à l’écran, il est évident, et Black Panther le dit lui-même, qu’il n’est pas grand-chose sans elles. Elles le défendent, elles l’instruisent, elles sont le cœur et le cerveau du film, en étant en plus les reines de l’action. Black Panther, c’est l’anti Iron man. Un milliardaire qui déborde d’argent certes, mais qu’il met au service des autres, un véritable gentleman qui sait s’entourer de femmes qui ne sont ni des objets sexuels, ni des potiches et encore moins des assistantes. Et qu’est-ce que ça fait du bien !!!

Pour couronner le tout, on perd un peu ici (enfin !) le côté humour enfantin forcé. Ce Black Panther n’est en effet pas très drôle, ce qui fait que lorsqu’il y a vraiment quelques traits d’humour dans le film, ils sont amenés avec plus de finesse et fonctionnent vraiment. Mais ça aussi ça fait du bien…

En bref, Black Panther est un film adulte, engagé politiquement et socialement, avec des personnages fouillés qui se mettent au service de l’action. La bande son accompagne l’histoire pour lui donner un peu plus de puissance encore, et même si l’on note quelques longueurs, quelques montages un peu brusques parfois, on sent que Ryan Coogler a fait le film qu’il voulait faire, et qui risque de marquer les esprits de ce MCU. Ce n’est peut-être pas le film de l’année, certains diront que ce n’est « qu’un Marvel », mais si je devais conseiller aux gens de n’en voir qu’un justement, ce serait définitivement Black Panther !

Alors rendez-vous à tous dans les salles ce 14 février et n’oubliez pas : qui dit Marvel dit scènes post-générique. Dans ce cas, il y en a même deux, alors ne partez pas trop vite à la fin !

Bande annonce à voir ici.

Par @AnaBerno

AnaBerno Blogueuse