News

Une Ghostbuster, le Prince de Bel-Air, Kylo Ren… et les autres visages de la semaine

0
0

Une comique du samedi, un père endeuillé, le poète de Jarmusch, un pilote malgré lui, un ministre de la magie : découvrez les cinq visages cinéma de la semaine.

2016_12_23_Kate_McKinnon@Sony_Pictures_Entertainment

© Sony Pictures Entertainment

Kate McKinnon

Kate McKinnon a joué il y a deux ans dans un sketch du Saturday Night Live, Office Christmas Party. Aujourd’hui, ce sketch est adapté en film, Joyeux Bordel, dans lequel elle apparaît évidemment. Elle fait ses premiers pas devant la caméra de Logo, une chaîne visant le public LGBT, dans l’émission Big Gay Sketch Show. Elle intègre ensuite en 2012 la troupe du Saturday Night Live dont elle devient une des figures incontournables. Le public tombe immédiatement sous le charme de ses imitations et le cinéma la repère pour des seconds rôles. Après son apparition dans Balls Out, elle continue à faire rire dans Ted 2, Amies malgré lui ou Sisters. Son chemin rappelle celui Kristen Wiig, avec qui elle va jouer dans son premier grand rôle, dans S.O.S. Fantômes, le remake du film avec Bill Murray. Les deux comiques se retrouveront un peu plus tard dans Les Cerveaux. Elle prête aussi sa voix, récemment à Angry Birds et au Monde de Dory.

Actuellement à l’affiche de Joyeux Bordel.

2016_12_23_Will_Smith@Warner_Bros_France

© Warner Bros France

Will Smith

Avec Beauté Cachée, Will Smith est à des années-lumière du Prince de Bel-Air. Après avoir habité chez son riche oncle pendant six saisons, le natif de Philadelphie a joué au Bad Boys aux côtés de Martin Lawrence. Finie la comédie, il enchaîne alors les rôles à la testostérone comme dans Independance Day. Il forme ensuite les Men In Black avec Tommy Lee Jones, costume qu’il reportera par deux fois. Il enfile ensuite les gants de boxe pour Ali, où Hollywood découvre l’étendue de son talent dramatique. Son fils l’accompagne dans À la recherche du bonheur avant de tuer du zombie dans Je suis une légende. Il se fait plus discret par la suite, en mettant derrière lui ses personnages musclés. Il préfère montrer sa face sensible avec des films comme Seul contre tous et Diversion. Cette année, DC Comics a fait toutefois appel à lui pour incarner Deadshot dans Suicide Squad.

Actuellement à l’affiche de Beauté Cachée.

2016_12_23_Adam_Driver@Mary_Cybulski

© Mary Cybulski

Adam Driver

Avant de briller dans Paterson pour Jim Jarmusch, Adam Driver a tourné pour de grands réalisateurs mais dans des rôles mineurs. Il est apparu dans le J. Edgar de Clint Eastwood avant que Spielberg ne l’engage pour Lincoln. Lena Dunham et Judd Apatow en font un artiste incompris dans Girls, rôle qui lui vaut un Emmy. Malgré son agenda serré dans la série de HBO depuis 6 saisons, il parvient à mener une carrière au cinéma. Driver fait ses classes du côté des productions indépendantes avec Inside Llewyn Davis. Il fréquente Amanda Seyfried dans While We’re Young avant de faire partie de la famille de Jason Bateman et Tina Fey dans This is Where I Leave You. L’acteur prometteur obtient ensuite le rôle que tant désiraient, Kylo Ren dans Star Wars VII : Le Réveil de la Force. L’avenir semble radieux pour lui : après le Silence de Scorsese et The Man Who Killed Don Quixote de Terry Gilliam, il jouera dans Logan Lucky de Steven Soderbergh et Annette de Leos Carax.

Actuellement à l’affiche de Paterson.

 2016_12_23_José_Garcia@Wild_Bunch_Distribution

© Wild Bunch Distribution

José Garcia

Avant de se retrouver bloqué sur l’autoroute dans À fond, il a chauffé les plateaux des émissions de Canal+. Il devient alors l’acolyte d’Antoine de Caunes dans Nulle Part Ailleurs. Après quelques rôles de troisième rang, il éclate dans La Vérité si je mens ! dans le rôle de l’inénarrable Serge Benamou, de retour dans les deux autres épisodes de la trilogie. Après avoir doublé Mushu dans Mulan, il interprète Mellor dans Jet Set. Devant le succès de ce personnage sera produit un spin-off, People. Isabelle Dorval l’engage pour Rire et châtiment avant que Costa-Gavras lui donne goût au drame dans Le Couperet. Il alterne ensuite les deux genres, passant de Chez Gino de Samuel Benchetrit à Pars vite et reviens tard de Régis Wargnier. La comédie reste dans son cœur, et lui reste un acteur bankable comme avec Les Seigneurs, Vive la France ou Fonzy. Hollywood a même fait appel à lui deux fois, pour Insaisissables et Bastille Day.

Actuellement à l’affiche de À fond.

2016_12_23_Bill_Nighy@Koch_Media

© Koch Media

Bill Nighy

En ces vacances de Noël, il incarne Socrate dans Norm. Bill Nighy se destinait au départ vers l’écriture. Après être passé à la comédie, il s’amuse sur scène avant de trouver le chemin des plateaux de tournage. À partir des années 80, il devient un visage connu de la télé et du cinéma anglais. Il est hanté par Le Fantôme de l’Opéra en 1989 et développe ensuite un aspect comique, peu vu au début de sa carrière. En 2003, il brille en chanteur vieillot dans Love Actually avant de se transformer en zombie dans le Shaun of The Dead d’Edgar Wright. Entre temps, le monde de la nuit l’a appelé pour incarner un vampire dans la saga Underworld. Des suceurs de sang, il passe aux Pirates des Caraïbes et se frotte à Johnny Depp sous les traits tentaculaires du méchant Davy Jones. Le rock n’roll compte sur lui dans Good Morning England. Après être apparu dans les deux derniers volets d’Harry Potter, il apprend à son fils à modifier son passé dans Il était temps. L’heure de la retraite n’a toujours pas sonné !

Actuellement à l’affiche de Norm.

Article publié le 23 décembre.