News

Suis tes rêves !

0
0

Nos ambitions ne sont pas toujours celles de nos parents, n’en déplaise à Lila (Nawell Madani) et ses aspirations de danseuse et d’humoriste. Comme elle, d’autres apprentis artistes ont défié l’autorité parentale pour suivre leurs rêves, souvent pour le meilleur.

Dirty Dancing d’Emile Ardolino (1987)

Pour Bébé, les vacances familiales de l’été 1963 n’ont rien d’une partie de plaisir et l’ennui la ronge, jusqu’à la découverte près de chez elle d’un spectacle où les artistes s’exercent à une danse sensuelle et suggestive nommée « Dirty Dancing ». N’en déplaise à papa, Bébé commence son apprentissage d’un art pour lequel elle se révèle douée, grâce aux conseils avisés de Johnny Castel, professeur de danse aussi talentueux que beau gosse. Avec Jennifer Grey et Patrick Swayze dans les rôles principaux, Dirty Dancing s’est élevé au rang de film culte, grâce à son couple d’acteurs mais aussi à une bande originale inoubliable.

giphy

Billy Elliot de Stephen Daldry (2000)

Au cœur du comté de Durham, en Angleterre, les hommes sont presque tous mineurs. Il en est de même dans la famille de Billy, dont le père et le frère partagent le même métier. Mais le paternel a d’autres projets pour le fiston, encore scolarisé, qu’il pousse à pratiquer la boxe après les cours. Problème : le jeune homme est plus attiré par le cours de danse qui occupe l’autre partie du gymnase, prisé par les filles de la ville. Pour suivre son rêve, Billy devra s’émanciper de l’autorité de son père, dans cette comédie dramatique so British, avec Jamie Bell et Gary Lewis.

giphy

Joue-la comme Beckham de Gurinder Chadha (2002)

Le destin de Jesminder Bhamra, jeune femme d’origine indienne et de confession sikh vivant en banlieue londonienne, est tout tracé pour ses parents : ils souhaitent voir leur fille accomplir de grandes études, tout en respectant les traditions maritales de leur pays d’origine. Mais Jess n’a qu’une seule ambition, le ballon rond, elle qui porte dans son cœur le jeune prodige du pays, David Beckham. Sa rencontre avec l’Anglaise Jules lui permettra de toucher du pied son objectif et de débuter une belle et humaine aventure. Porté par Parminder Nagra, le long-métrage compte dans son casting Keira Knightley, ainsi que Jonathan Rhys-Meyers, dans le rôle de l’entraîneur.

giphy

La Famille Bélier d’Éric Lartigau (2014)

Pour Rodolphe et sa femme Gigi, tous deux fermiers et sourds, apprendre que leur fille aînée Paula souhaite utiliser son joli filet de voix pour devenir chanteuse a quelque chose de déconcertant. Surtout que la jeune femme de 16 ans, débrouillarde et au caractère bien trempé, tient un rôle essentiel au cœur de l’exploitation et de la vie de ses parents.

Grand succès au box-office français en 2014, La Famille Bélier, avec François Damiens, Karin Viard et Éric Elmosnino, a permis de révéler au cinéma le talent et la voix de Louane, César du meilleur espoir féminin en 2015.

C’est tout pour moi de Nawell Madani et Ludovic Colbeau-Justin (2017)

Comment parvenir à s’émanciper et à devenir la femme que l’on est au plus profond de soi, lorsque le paternel joue au flic en civil au sein du domicile familial ? Voici la problématique de Lila, dont les aspirations de danseuse et les désirs de gloire déplaisent fortement à son père. Pas découragée pour un sou, la jeune femme tentera tout de même sa chance à Paris, en s’essayant cette fois aux planches du stand up. C’est tout pour moi, avec François Berléand dans le rôle du mentor, est la première réalisation de Nawell Madani, qui tient ici le rôle principal.

Article publié le 29 novembre.