News

Quand les hypocondriaques font leur cinéma

0
0

Personnage comique par excellence, l’hypocondriaque a toujours l’impression de tomber malade. Effrayé à l’idée d’attraper le moindre microbe, le malade imaginaire a souvent une vie sociale compliquée. En réalité, ce sont des individus qui souffrent de solitude. Heureusement, dans les comédies, la fin est toujours heureuse, même pour ces personnages ! Découvrez cinq hypocondriaques attachants du cinéma.

Supercondriaque de Dany Boon

Porté par le duo de comédiens Kad Merad et Dany Boon, qui avait déjà fait ses preuves dans Bienvenue chez les Ch’tis en 2008, Supercondriaque est une comédie tordante. Il relate l’histoire d’un hypocondriaque maladif qui n’arrive pas à avoir de vie sociale à cause de son obsession. Son meilleur ami docteur va tenter par tous les moyens de lui faire rencontrer quelqu’un, afin de se débarrasser un peu de lui. Acteur principal tenant le rôle du malade imaginaire, Dany Boon est également le réalisateur et scénariste du film. Le comédien a avoué s’être inspiré de sa propre personnalité pour son rôle, puisqu’il a lui-même très peur de tomber malade !

Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet

Film culte réalisé par Jean-Pierre Jeunet, Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain raconte l’histoire d’une jeune femme altruiste, déterminée à améliorer la vie des gens qui l’entourent. Parmi eux, il y a Georgette, qui tient le bureau de tabac du bar de Montmartre dans lequel Amélie travaille. Hypocondriaque maladive, Georgette craint aussi bien les allergies que les courants d’air ! Heureusement, la jeune femme va tenter d’embellir son existence en la faisant sortir avec Joseph, un habitué du bar quelque peu spécial… Récompensé par quatre César dont celui du Meilleur film et du Meilleur réalisateur pour Jean-Pierre Jeunet, Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain est resté célèbre pour sa mise en scène magnifique de Paris.

Hannah et ses sœurs de Woody Allen

Sorti en 1986, Hannah et ses sœurs est l’un des classiques de Woody Allen. Et pour cause ! Dans ce film, le réalisateur et scénariste interprète un rôle qui lui colle à la peau. Il incarne Mickey, un producteur hypocondriaque et dépressif divorcé d’Hannah. Encore très uni à sa famille, il assiste aux péripéties de son ex-femme et de son entourage. L’homme finira tout de même par tisser une relation avec Holly, une des sœurs d’Hannah. Récompensé par trois Oscars, le film est surtout célèbre grâce au rôle autobiographique de Woody Allen. En effet, le cinéaste souffre d’hypocondrie au quotidien et fait ainsi preuve d’une grande autodérision !

Madagascar de Eric Darnell et Tom McGrath

Madagascar est le premier volet d’une trilogie délirante. Une bande d’animaux s’échappe d’un zoo de New York pour secourir leur ami zèbre Marty qui s’est enfuit. Retrouvés par les forces de l’ordre, les mammifères sont envoyés sur l’île de Madagascar pour revenir à l’état sauvage. Dans la bande, Melman la girafe est un hypocondriaque. Doublé par David Schwimmer en version originale et par Jean-Paul Rouve en français, ce personnage comique s’inquiète pour un rien. Il consulte fréquemment la clinique du zoo pour faire inspecter ses tâches marron… Ce qui a le don d’être très drôle ! Sa maladie a tout de même de bons côtés puisque c’est grâce à son infection urinaire imaginaire qu’il découvre que Marty a disparu…

Je vais mieux de Jean-Pierre Améris

Troisième comédie de Jean-Pierre Améris après Les Émotifs anonymes et Une famille à louer, Je vais mieux relate l’histoire d’un quarantenaire souffrant d’un mal de dos inexplicable. L’origine de ses douleurs semble psychologique. Pour aller mieux, Laurent, l’hypocondriaque attachant joué par Éric Elmosnino, va devoir régler ses soucis personnels et professionnels. Adapté d’un roman éponyme écrit par David Foenkinos, Je vais mieux est une comédie bien sentie sur les symptômes de la dépression. Fait amusant, Alice Pol et Judith El Zein, actrices dans le film, ont déjà joué aux côtés d’un hypocondriaque puisqu’elles étaient toutes deux au casting de Supercondriaque !

Article publié le 30 mai.