News

Les westerns fantastiques

0
0

La sortie ce mercredi 9 août de La Tour sombre, adaptation d’un roman de Stephen King avec Matthew McConaughey et Idris Elba, remet au goût du jour le western fantastique, genre qui a su réinventer les codes des films sur l’Ouest américain, dont voici les œuvres majeures.

Mondwest de Michael Crichton (1973)

Si le nom de ce long-métrage américain sorti en 1973 ne vous parle absolument pas, peut-être connaissez-vous son adaptation télévisée ? Il s’agit de la série Westworld, créée par Jonathan Nolan (frère de Christopher) et diffusée sur HBO fin 2016. Comme son adaptation, Mondwest dépeint un parc d’attractions situé dans un Far West factice, peuplé d’androïdes. Un lieu idyllique, jusqu’à ce qu’un cowboy robot décide de traquer deux touristes venus passer du bon temps dans l’Ouest américain. Un cowboy d’autant plus impitoyable et effrayant qu’il est interprété par l’un des plus grands visages du western, Yul Brynner…

 

Retour vers le futur 3 de Robert Zemeckis (1990)

Trilogie immensément culte débutée en 1985 dans le passé proche et poursuivie quatre ans plus tard dans le futur, la franchise Retour vers le futur s’est close en 1990 au cœur du Far West. Ici, Marty saute dans la DeLorean pour sauver son ami Doc, prisonnier de l’année 1885. Grand amateur de western, McFly multiplie dans cet épisode les références aux grands classiques d’aujourd’hui, notamment au maître Clint Eastwood, qu’il utilise comme nom d’emprunt dans son nouvel environnement. Il se servira également d’un bouclier pare-balle de fortune pour sortir victorieux d’un duel avec l’ancêtre de Biff Tannen, comme son idole dans Pour une poignée de dollars.

 Blueberry, l’expérience secrète de Jan Kounen (2004)

En 2004, Jan Kounen, réalisateur français à qui l’on doit Dobermann ou encore 99 francs, adaptait la célèbre bande-dessinée créée par Jean-Michel Charlier et Jean Giraud, alias Mœbius. Au cœur d’un joli casting cosmopolite, nous retrouvons Vincent Cassel dans la peau du marshall aux démons intérieurs Mike Blueberry. Il est confronté à l’impitoyable tueur Wally Blount, interprété par l’Américain Michael Madsen, à la recherche d’un mystérieux trésor indien. Dans cet univers de western pur, le fantastique viendra de l’initiation de Blueberry par un chaman et des visions psychédéliques du héros dans des scènes visuellement magistrales.

Cowboys et envahisseurs de Jon Favreau (2011)

Voici bien l’un des titres de films les plus WTF de cette dernière décennie, assorti d’un pitch que l’on croirait issu d’une série Z sortie en direct to DVD. Un sentiment qui s’évapore lorsque l’on jette un œil au casting de l’œuvre, portée par Daniel Craig, soutenu par Harrison Ford, Olivia Wilde ou encore Paul Dano. Surtout, derrière la caméra se trouve Jon Favreau, réalisateur des deux premiers Iron Man et de la version live du Livre de la Jungle. Ce dernier parvient avec brio à allier une solide trame de western classique à une intrigue fantastique, mêlant chevaux et revolvers à OVNIs et armes à plasma, dans un blockbuster jubilatoire.

 

La Tour sombre de Nikolaj Arcel (2017)

Les adaptations de romans de Stephen King se suivent, et, si elles ne se ressemblent pas toutes, sont bien souvent gages de qualité et de succès public et critique. Ce mercredi, la liste s’allonge avec La Tour sombre, portage cinématographique du cycle du même nom écrit par le romancier américain. Réalisé par le Danois Nikolaj Arcel (Royal Affair), le long-métrage met en scène Idris Elba dans la peau du pistolero Roland Deschain, vivant dans un monde assimilable au Far West du XIXème siècle, en quête de la Tour sombre. Armé de ses fidèles six coups qu’il maîtrise comme personne, il se retrouvera dans notre monde, à la poursuite de l’homme en noir (Matthew McConaughey).

Article publié le 9 août.