News

Les bandes de copines au cinéma

1
1

En salles le 4 janvier, Faut pas lui dire, réalisé par Solange Cicurel, pérennise un genre de comédie popularisé dans les années 2000 et maintes fois décliné depuis : la bande de copines. Focus sur ces instants de grâce, où le prétendu sexe faible a pris le pouvoir.

04_01_2017_DOSSIER@Sony_Pictures_Releasing_France

© Sony Pictures Releasing France

Sex and the City (Michael Patrick King, 2008)

Aussi iconiques que la bande de Friends du Central Perk, les pérégrinations amoureuses des quatre célibataires les plus branchées de Manhattan ont, en plus de booster la consommation de Cosmo, inspiré nombre de trentenaires en mal d’amour. Une évidence, alors, de retrouver Carrie, Charlotte, Miranda et Samantha sur grand écran en 2008. Réalisé par Michael Patrick King, scénariste sur plusieurs épisodes de la série, le film reprend le récit quatre ans après la fin du show. Que les fans se rassurent : si les quatre New-Yorkaises sont désormais casées, leurs déboires sentimentaux, eux, restent inchangés.

SATC

© Metropolitan FilmExport

Tout ce qui brille (Géraldine Nakache et Hervé Mimran, 2010)

Fatiguées de leur banlieue, située à dix minutes de la clinquante vie parisienne, Ely et Lila vont user de leur pouvoir de séduction et de leur malice pour tenter d’entrer dans un monde serti de chaussures Louboutin et de champagne à volonté. Mais les deux copines apprendront que, au contraire de l’amitié, tout ce qui brille n’est pas or. Il s’agit de la première réalisation du duo Hervé Mimran/Géraldine Nakache, également au scénario et devant la caméra. Leur deuxième collaboration accouchera, en 2012, d’un autre film de potes, unisexe cette-fois, Nous York.

Mes meilleures amies (Paul Feig, 2011)

Les productions Apatow, du nom du maître ès comédie potache américaine, ont longtemps fait la part belle aux bandes de mecs irrécupérables et perdus dans les méandres de la vie sexuelle, de 40 ans, toujours puceau à Délire Express, en passant par Supergrave. Mes meilleures amies s’inscrit dans cette extravagante mouvance, en mettant cette fois-ci, pas de jaloux, les femmes à l’honneur. Kristen Wiig et sa horde déjantée de demoiselles d’honneur passeront par tous les états pour l’organisation d’un EVJF (enterrement de vie de jeune fille), y compris l’état liquide, comme le souligne délicatement Melissa McCarthy après son passage au resto-grill brésilien.

Mes meilleures amies

© Universal Pictures International France

Les Gazelles (Mona Achache, 2014)

En couple depuis le lycée, Marie voit sa zone de confort, édifiée en 14 ans, s’écrouler au détour de la traditionnelle crise de la trentaine. Désormais célibataire, la candide jeune femme va s’entourer de personnages truculents pour reprendre en main sa vie, et réapprendre à draguer façon 21ème siècle. La rafraîchissante comédie de Mona Achache est portée par un casting qualitatif, composé de Camille Chamoux, Audrey Fleurot (qui pérennisera la même année son statut de meilleure copine dans Sous les Jupes des Filles) et Joséphine de Meaux, autre actrice abonnée aux feel good movies.

Faut pas lui dire (Solange Cicurel, 2017)

Soudées ? Très. Complices ? Énormément. Confidentes ? Évidemment. Honnêtes ? Pas toujours. Faut pas lui dire place quatre cousines unies comme jamais face à l’épreuve de la sincérité, qui peut parfois s’avérer destructrice. Il s’agit de la première réalisation de Solange Cicurel, qui collabore ici avec Camille Chamoux, échaudée aux problématiques féminines après son apparition dans Les Gazelles, et Jenifer Bartoli. Oui oui, la chanteuse qui a gagné la Star Academy et qui revient sur grand écran après ses premiers pas devant la caméra avec Les Francis.

Article publié le 4 janvier 2017.