News

La Résistance

0
0

Le septième art aime la Seconde Guerre mondiale, conflit qu’il a, à de nombreuses reprises, dépeint dans des œuvres, pour la plupart, inoubliables. Forcément, les héros de la Résistance y tiennent une place importante. La preuve par cinq.

L’Armée des ombres de Jean-Pierre Melville, 1969

Et si le plus grand film sur la Résistance avait été réalisé en 1969 ? Souvent qualifié de chef-d’œuvre du cinéma français, L’Armée des ombres de Jean-Pierre Melville, lui-même résistant pendant le conflit, met en scène Lino Ventura dans la peau de Philippe Gerbier, ingénieur des Ponts et Chaussées, mais aussi grande figure parmi la Résistance française.

Adapté du roman éponyme rédigé par Joseph Kessel en 1943, le long métrage compte également parmi son casting Paul Meurisse, Simone Signoret et Jean-Pierre Cassel.

Papy fait de la résistance de Jean-Marie Poiré, 1983

14 ans après L’Armée des ombres, Jean-Marie Poiré prend le contre-pied de son illustre aîné, et choisit la dérision pour évoquer cette sombre période. Pari réussi, avec Papy fait de la résistance, comédie française culte réunissant la crème des acteurs de l’époque : parmi le casting se distinguent notamment la troupe du Splendid, Michel Galabru, Martin Lamotte dans le rôle de Super-Résistant, et l’inoubliable Jacques Villeret grimé en Ludwig Von Apfelstrudel, demi-frère d’Hitler.

Monsieur Batignole de Gérard Jugnot, 2002

Abominable agent de la Gestapo dans Papy fait de la résistance, Gérard Jugnot s’offre une rédemption cinématographique en 2002 en réalisant et interprétant le rôle principal de Monsieur Batignole. Simple boucher-charcutier dans le Paris occupé, Edmond Batignole recueille Simon (Jules Sitruk), jeune enfant juif dont les parents ont été arrêtés par la police française, et tentera l’impossible pour le protéger.

Inglourious Basterds de Quentin Tarantino, 2009

Après son diptyque façon « revenge movie » et avant de réinventer les codes du western, Quentin Tarantino décidait de réécrire l’Histoire en 2009 avec Inglourious Basterds, qui prend place en pleine Seconde Guerre mondiale. Nous y croisons Shosanna Dreyfuss, propriétaire juive d’un cinéma, qui vit plus jeune sa famille décimée par le colonel SS Hans Landa, et désormais animée d’un sentiment de revanche. En parallèle, le lieutenant Aldo Raine forme un commando de Bâtards, composé de soldats juifs américains, dans le but de mener une action punitive contre les nazis.

giphy

Sortie en 2009, la sanglante uchronie permit au polyglotte Christoph Waltz, dans le costume du chasseur de juifs Landa, de décrocher un prix d’interprétation à Cannes ainsi que l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle, mais aussi de révéler son talent à la face du monde.

Nos patriotes de Gabriel Le Bomin, 2017

Jeune tirailleur sénégalais, Addi Ba réussit à s’échapper du camp de prisonnier où il est enfermé après la défaite française de l’été 1940. Blessé, il est aidé par Christine, institutrice membre de la Résistance, qui lui propose d’intégrer son réseau. Mais sa couleur de peau sera source de méfiance auprès des membres du groupe. Réalisé par Gabriel Le Bomin, Nos Patriotes affiche un casting éclectique et qualitatif, composé de Marc Zinga dans le rôle d’Addi Ba, mais aussi d’Alexandra Lamy et Louane Emera, révélation de La Famille Bélier, qui fut récompensée par le César du meilleur espoir féminin en 2015.

Article publié le 14 juin.