News

La naissance des grands empires

0
0

Ces grandes entreprises ont derrière elles un homme ou une femme visionnaire. Partis de rien, ils ont dépassé leurs limites pour bâtir un empire économique.

1) The Social Network

2016_12_28_The_Social_Network@Sony_Pictures_Realeasing_France

© Sony Pictures Releasing France

David Fincher raconte l’ascension express de David Zuckerberg et la création de Facebook en 2004. The Social Network présente un jeune homme dont le talent n’a d’égal que son ambition. Après s’être introduit dans le système informatique de son université, il a l’idée d’inventer un réseau social, thefacebook.com (l’article “The” sera abandonné en 2005). On découvre dans le film, très réaliste, comment il a utilisé ses collaborateurs pour mieux s’en défaire. Avec Aaron Sorkin au scénario, The Social Network remporte trois Oscars, quatre Golden Globes et l’Académie des César lui attribue le prix du meilleur film étranger en 2010.

2) Steve Jobs

2016_12_28_Steve_Jobs@François_Duhamel

© François Duhamel

Moins de cinq ans après son décès, Steve Jobs est incarné par Michael Fassbender dans le film éponyme de Danny Boyle. Le réalisateur britannique dépeint le parcours de l’homme derrière la marque à la pomme, via le lancement de trois produits phares. Les échecs et succès du Californien apparaissent sur grand écran : le premier Macintosh, l’ordinateur NeXT et le renouveau de l’iMac. Le film a reçu deux Golden Globes, notamment pour l’interprétation de Kate Winslet, ainsi que deux nominations aux Oscars. Deux ans auparavant, Ashton Kutcher s’essayait aussi à la barbe de Jobs, avec beaucoup moins de succès.

3) Joy

2016_12_28_Joy@Twentieth_Century_Fox

© Twentieth Century Fox

Au départ simple femme au foyer, Joy parvient à s’émanciper de son père envahissant et de son mari collant pour fonder un empire d’un milliard de dollars. Grâce à l’invention de la serpillière magique, Joy Mangano, devenue égérie de sa propre entreprise sur une chaîne de téléachat, a réussi à incarner le rêve américain pour les femmes. Et comme c’est David O. Russell qui se trouve derrière la caméra, il a fait appel à sa muse, l’épatante Jennifer Lawrence (déjà dans Happiness Therapy et American Bluff) pour restituer la force de caractère et la détermination de cette entrepreneuse devenue milliardaire.

4) Coco avant Chanel

2016_12_28_Coco_avant_Chanel@Warner_Bros_France

© Warner Bros France

Pour Anne Fontaine, Audrey Tautou campe Coco avant Chanel. Les deux femmes réinventent le mythe de la célèbre couturière, avant qu’elle ne change de monde. Auparavant femme du peuple et esprit libre, elle va garder cette forte personnalité qui la mène tout droit à la création d’un empire de la mode, notamment après sa rencontre avec son mécène et amant, Étienne Balsan, incarné par Benoit Poelvoorde. Le film décrochera le César des meilleurs costumes en 2010. La même année sortait sur les écrans un biopic avec Anna Mouglalis dans le même rôle, centré sur la relation de Mademoiselle Chanel avec Igor Stravinsky.

5) Le Fondateur

THE FOUNDER

© The Weinstein Company

Après avoir raconté dans Dans l’ombre de Mary la rencontre entre Walt Disney et Pamela Travers, l’auteur de Mary Poppins, John Lee Hancock s’attaque à un autre symbole de la société de consommation américaine, McDonald’s. Pour lui, Michael Keaton devient Le Fondateur. L’acteur de Birdman se glisse dans le costume de Ray Kroc, un commercial qui voit l’opportunité de rejoindre la juteuse affaire des frères McDonald. Voyant grand, il les écarte peu à peu de leur société, reprenant les rênes jusqu’à en faire la célèbre entreprise de fast food implantée dans le monde entier. Une success story 100% made in America.

Le Fondateur de John Lee Hancock avec Michael Keaton, Linda Cardellini, Nick Offerman

Article publié le 28 décembre.