News

Kate Winslet, une actrice aux multiples facettes

0
0

Kate Winslet a su s’imposer à Hollywood comme une actrice incontournable grâce à une longue liste de collaborations prestigieuses. Attendue à chaque prestation, la comédienne sait choisir ses rôles avec brio, ce qui explique sa longévité dans le métier. Retour sur la carrière prolifique de cette Britannique au cœur tendre.

2018_01_31_Portrait_Kate_Winslet2(c)MarsFilms

© Mars Films

La gloire à la vingtaine

 

L’actrice, née en 1975, est originaire de Reading en Angleterre et a commencé sa carrière dès l’âge de 13 ans en tournant un spot publicitaire. En parallèle, elle suit des cours dans le Berkshire au sein de la Redroofs Theatre School qu’elle intègre à 11 ans afin de perfectionner son jeu. Elle enchaîne par la suite avec plusieurs séries et téléfilms à la télévision britannique et entrera dans le monde fermé du cinéma en 1994 grâce à son rôle de Juliet Hulme dans Créatures célestes de Peter Jackson. Fidèle à son apprentissage du drame théâtral, Kate Winslet tourne par la suite dans diverses adaptations cinématographiques telles que Raisons et sentiments (1995), Jude et Hamlet en 1996.

Malgré un talent reconnu par la critique, la jeune comédienne va faire des pieds et des mains pour convaincre James Cameron de lui offrir le rôle de Rose DeWitt Bukater dans Titanic. Finalement, le réalisateur, impressionné, lui laisse sa chance aux côtés de Leonardo DiCaprio. Il ne le regrettera pas puisque le film rencontrera un succès phénoménal et finira deuxième plus gros succès de tous les temps. C’est la consécration pour Kate Winslet, alors seulement âgée de 22 ans.

Des rôles avec les plus grands

2018_01_31_Portrait_Kate_Winslet(c)D.R.

© Droits réservés

Devenue une actrice de renom, Kate Winslet se révèle surprenante dans le choix de ses rôles. Après le triomphe de Titanic, elle retourne à ses premiers amours dans des films à plus petit budget avec des cinéastes reconnus, comme Gilles MacKinnon pour Marrakech Express (1998) et Jane Campion pour Holy Smoke (1999).

Toujours là où on ne l’attend pas, la comédienne peut se payer le luxe de tourner avec de grands réalisateurs tout en abordant des rôles de femmes fortes et complexes sans pour autant subir la pression du box-office. Passant d’un registre à l’autre, des films indépendants aux blockbusters, Kate Winslet se balade à Hollywood et prouve qu’elle peut tout jouer. Elle retourne brillamment au film d’époque avec Quills, la plume et le sang (2000), Iris (2001) et Enigma la même année.

Mais c’est avec le rôle de Clementine que Kate Winslet parviendra à nous bouleverser dans le désormais culte Eternal Sunshine of the Spotless Mind (2004) de Michel Gondry. Son duo avec Jim Carrey dans cette comédie dramatique marque les esprits du public par sa poésie et sa justesse. Depuis, l’actrice est inarrêtable et enchaîne les excellentes collaborations avec des partenaires de jeu toujours plus prestigieux : Susan Sarandon, Sean Penn, Jude Law, John Turturro, Jennifer Connelly… En parallèle, elle s’associe à Cameron Diaz dans la comédie romantique de Noël The Holiday en 2006 qui rencontre un grand succès.

Il faudra attendre 2009 pour que Kate Winslet entre enfin dans la cour des grands. Elle retrouve d’abord son ami de toujours, Leonardo DiCaprio, dans Les Noces rebelles de Sam Mendes puis obtient l’Oscar de la meilleure actrice grâce à son rôle d’accusée de crimes nazis pendant la Seconde Guerre mondiale dans The Reader, de Stephen Daldry.

Après un moment d’absence, l’actrice revient sur le devant de la scène en choisissant toujours des rôles hors du commun avec des cinéastes réputés. Ainsi, elle joue en 2011 dans Carnages de Roman Polanski puis dans Contagion de Steven Soderbergh. Elle renoue par la suite avec les blockbusters en participant à l’adaptation filmique du roman à succès Divergente et intègre le casting de Steve Jobs de Danny Boyle. Après Triple 9 et Beauté cachée en 2016, Kate Winslet retrouvera James Cameron plus de vingt ans après Titanic pour le second volet d’Avatar, prévu en 2020.

Névrosée mais intrépide dans Wonder Wheel

Toujours à la recherche de rôles de composition, Kate Winslet s’investit aujourd’hui dans le nouveau projet de Woody Allen, Wonder Wheel, en salles le 31 janvier. Elle y incarne Ginny, une ex-actrice lunatique reconvertie en serveuse dans un parc d’attractions de Coney Island dans les années 50. C’est dans ce milieu exubérant et énergique que la vie de Ginny et son mari Humpty, interprété par James Belushi, va être bouleversée avec la venue de Carolina, la fille d’Humpty. Kate Winslet prouve une nouvelle fois avec ce film qu’elle peut tout jouer et interprète parfaitement cette femme hystérique coincée dans un quotidien sordide.

Article publié le 31 janvier.