News

Jessica Chastain, la rousse tourne

0
0

Ces dernières années, difficile de passer à côté du phénomène Jessica Chastain, omniprésente aussi bien à l’écran qu’aux cérémonies de récompenses. Un juste rattrapage pour la talentueuse actrice de 39 ans, talent brut à l’éclosion tardive.

Il est des acteurs dont on a le sentiment qu’ils nous accompagnent depuis un long moment dans nos pérégrinations cinématographiques. Jessica Chastain fait partie de ceux-là. Nous nous souvenons tous de sa longue chevelure de feu voguant aux confins de l’espace dans Seul sur Mars, tentant tant bien que mal de secourir Matt Damon, sur l’hostile planète rouge, après l’y avoir abandonné.

giphy

Une année plus tôt, c’est dans un autre long-métrage de science-fiction, Interstellar, que la mine mélancolique de Jessica a été aperçue, sur Terre cette fois, dans les couloirs de la NASA où elle est investie d’une autre mission toute aussi importante : sauver l’humanité, et son papa McConaughey.

giphy (1)

Deux blockbusters, têtes de gondole des Oscars l’année de leur sortie et raz-de-marée au box-office, qui ont éminemment propulsé la rousse dans une nouvelle galaxie, aux côtés des meilleurs comédiens de cette génération dorée. Et une omniprésence à l’écran donnant l’impression de connaître Jessica Chastain depuis plusieurs décennies déjà. Mais ça, c’est peut-être parce que, comme une grande majorité de cinéphiles, vous la confondez (à raison) avec Bryce Dallas Howard, de quatre ans sa cadette, qui fut révélée bien avant son sosie roux.

Un début de carrière entre théâtre et série

Car la carrière de celle qui est née, c’est un comble, Jessica Howard, ne débute réellement qu’en 2011, soit à ses 33 ans. Un essor tardif pour la comédienne, qui décida pourtant dès l’âge de 7 ans, sous l’impulsion de sa grand-mère, qu’elle deviendrait actrice. Après la danse, de 9 à 13 ans, Jessica se lance dans le théâtre puis intègre, après le lycée, la Juilliard School, prestigieuse école d’art dramatique new-yorkaise. Diplômée en 2003, elle fait ses premiers pas l’année suivante, avec des petits rôles dans les séries Urgences, Veronica Mars et encore New York, cour de justice. La même année, c’est sur les planches du théâtre que mature le talent de Jessica Chastain, dans La Cerisaie notamment, aux côtés de Michelle Williams. Des prestations qui lui valent d’être repérée par Al Pacino, qui lui donne le rôle-titre dans sa pièce Salomé, adapté d’Oscar Wilde. Sa première apparition au cinéma se fera en 2008, dans Jolene, où son interprétation d’adolescente abusée séduit déjà la critique.

La révélation Chastain

2011 sera l’année charnière pour Jessica Chastain : méconnue, voire inconnue du grand public, celle qui tourna en 2010 dans L’Affaire Rachel Singer va se retrouver au casting de deux films majeurs de ce début de siècle. Take Shelter, puissant drame de Jeff Nichols avec Michael Shannon, en Sélection officielle du Festival de Sundance, et The Tree of Life de Terrence Malick, Palme d’or 2011 au Festival de Cannes.

giphy (2)

 Deux interprétations touchantes de femme et de mère, mondialement saluées par la critique, qui installent aussitôt la jolie rousse et sa maigre filmographie au rang d’actrice du moment. Un statut pérennisé quelques mois plus tard, avec son rôle dans La Couleur des sentiments, aux côtés de Bryce Dallas Howard (!), qui lui vaut une nomination à l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle.

De la révélation à la consécration

Par la suite, Jessica Chastain surfera sur cette nomination et continuera sa glorieuse route, pavée de succès et de bons choix de carrière. Pour son rôle de Maya, agent de la CIA qui traque Oussama Ben Laden dans Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow, elle obtient une autre nomination, cette fois-ci pour l’Oscar de la meilleure actrice. Ce rôle lui permet de décrocher une pléiade de récompenses en 2012, dont un Golden Globe.

giphy (3)

Suivront le drame sur fond de prohibition Des Hommes sans loi, une voix dans Madagascar 3, le thriller A Most Violent Year puis les deux mastodontes de science-fiction Interstellar (Christopher Nolan, 2014) et Seul sur Mars (Ridley Scott, 2015).

À l’affiche ce mercredi de Miss Sloane, Jessica Chastain marque à nouveau les esprits dans un rôle de femme forte s’attaquant au lobbying des armes à feu aux États-Unis.

Nommée pour le Golden Globe de la meilleure actrice, elle a échoué en début d’année face à Isabelle Huppert (Elle), avec qui elle avait partagé l’affiche du drame The Disappearance of Eleanor Rigby en 2013, et qui a été selon ses dires d’une grande influence dans sa carrière.

Une chose est sûre, avec déjà près de six films prévus à l’horizon 2017, Jessica Chastain risque bien de continuer son marathon cinématographique. Pour notre plus grand plaisir !

Miss Sloane, de John Madden, avec Jessica Chastain, Mark Strong… Au cinéma le 8 mars.

Article publié le 8 mars.