News

Éric Judor, 20 ans de cinéma, jamais vu ça

0
0

Avec Problemos, en salles ce mercredi 10 mai, Éric Judor concrétise sa troisième réalisation cinématographique, après Seuls Two et La Tour 2 contrôle infernale. Un retour au top pour ce touche-à-tout qui n’a pas fini de nous faire rire.

Un crane brillant dépourvu de toute pilosité, une diction reconnaissable parmi mille, un sens de l’autodérision développé et une imitation du petit chat inégalée. Voici, en résumé, le portrait-robot d’Éric, trublion made in Canal+, un temps indissociable de son alter-ego humoristique Ramzy, duo dont il a aujourd’hui réussi à s’émanciper. Acteur, doubleur, réalisateur, showrunneur, producteur, scénariste… En vingt ans de carrière, depuis ses débuts sur scène et petit écran, le chauve le plus drôle de France a multiplié les casquettes, pour acquérir un statut d’amuseur public, mais pas que.

Aimé, c’est ce qu’il y a de plus beau

Né en 1969 d’une mère autrichienne et d’un père guadeloupéen, Éric Judor s’est essayé à de nombreux domaines dans ses jeunes années : joueur de tennis professionnel, guide touristique en Amérique du Nord puis logisticien chez Bouygues. Mais une rencontre changera sa vie, celle avec Ramzy Bedia, dans une boîte de nuit en 1994. Les deux compères ne tarderont pas à devenir l’un des plus fameux duos comiques français, grâce à leurs spectacles en premier lieu, mais aussi à la concrétisation de deux projets chers aux spectateurs biberonnés par Canal+ : la sitcom hospitalière H en 1998, où il interprète l’infirmier Aymé Césaire aux côtés de Ramzy et de l’autre humoriste du moment, Jamel Debbouze…

En 2001, il cosigne le scénario de la comédie La Tour Montparnasse infernale, où il côtoie la troupe des Robins des bois, autre pur produit Canal+.

giphy

Le divin chauve continue de forger son personnage de benêt maladroit en jouant dans deux autres comédies au début des années 2000, Double Zéro, et l’adaptation de l’univers de la BD Lucky Luke, Les Dalton, avec l’acteur allemand Til Schweiger dans le rôle du cow-boy à la mèche.

Doublage et première expérience de réalisateur

Sa grande palette de comédien lui ouvre les portes du doublage d’œuvres d’animation. Après l’expérience de la série Ratz en 2003, Éric, toujours inséparable de Ramzy, récidive en devenant la voix d’Oscar dans le film de Dreamworks Gang de requins (2004), de Bugsy dans Vaillant, pigeon de combat ! (2005) et de Munk dans Cendrillon et le Prince (pas trop) charmant (2007). La même année, le duo devient réalisateur et signe le long-métrage Seuls Two, jeu du chat et de la souris géant dans un Paris vidé de ses habitants.

2007 est également l’année de la première collaboration d’Éric Judor avec l’artiste Quentin Dupieux. Connu sous le pseudo de Mr. Oizo, le réalisateur confie à Éric et Ramzy les rôles principaux de son second film, l’OVNI Steak. Éric tournera à nouveau avec le réalisateur dans Wrong puis Wrong Cops, en 2012 et 2014. Il partage une dernière fois l’affiche de Halal police d’État avec Ramzy, film qu’ils coécrivent, avant le virage solo du natif de Meaux. Avec Platane, série qu’il écrit, réalise et dans laquelle il tient son propre rôle, Éric Judor signe une jolie mise en abyme où il exorcise son personnage de trublion, et cherche à prouver qu’il peut également être plus sérieux. Tout en conservant l’humour qui a fait sa renommée.

Après avoir repris le rôle du Génie dans Les Nouvelles Aventures d’Aladin et fait une apparition dans la deuxième réalisation de Ramzy, Hibou, Éric Judor concrétise enfin la suite de La Tour Montparnasse infernale, son plus grand succès, avec La Tour 2 contrôle infernale. Dans Problemos, où Éric repasse derrière la caméra, il se retrouve au cœur d’une communauté luttant contre la construction d’un parc aquatique, dernier espoir d’une population terrestre décimée. Une comédie portant son empreinte, assurément !

Pour voir la bande-annonce de Problemos, au cinéma le 10 mai, cliquez ici !

Article publié le 10 avril.