News

Édouard Baer, l’amuseur impertinent

0
0

Avec Ouvert la nuit, en salles ce mercredi, Édouard Baer repasse derrière la caméra, plus de douze ans après sa dernière réalisation (Akoibon, 2005). Devant, le comédien a toujours été fidèle à lui-même : érudit, impertinent et, avant tout, amuseur public.

Je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres, des gens qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi.” Nous sommes en 2002, au cœur d’Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, long-métrage d’Alain Chabat aux 14 500 000 entrées hexagonales qui a, à sa manière, marqué l’histoire du cinéma français. Au détour d’un discours désormais culte – et en partie improvisé – où le scribe Otis exprime avec candeur sa philosophie de vie, Édouard Baer se fait une place toute particulière dans le cœur des Français.

En effet, à cette époque, Édouard Baer, tout coiffé de sa perruque tressée, était encore à l’aube d’une carrière aujourd’hui luxuriante et éclectique. Bien évidemment, les plus avertis auront découvert le talentueux touche-à-tout comme animateur sur Radio Nova, à ses débuts dans l’audiovisuel en 1993 aux côtés d’Ariel Wizman ; puis en chef d’orchestre de la pastille saugrenue Centre de visionnage, diffusée à la fin des années 90 sur Canal+ en clôture de Nulle Part Ailleurs, où les talents d’improvisation du trublion font déjà mouche.

Le roi de la comédie

Mais le PAF n’est qu’une parenthèse, certes propice à sa notoriété naissante, dans le préambule professionnel d’Édouard Baer. Car avant tout, le personnage est un homme de scène et de comédie. Une passion qu’il matérialise dès ses 18 ans, en s’inscrivant au prestigieux Cours Florent. Il y fera une rencontre primordiale qui dessinera les contours de sa carrière, celle d’Isabelle Nanty, sa prof de théâtre. C’est à ses côtés qu’il obtient son premier rôle, en 1994, dans la comédie La Folie douce, de Frédéric Jardin. Leur collaboration les mènera jusqu’au début des années 2000, avec le fameux Astérix et Obélix mais aussi Le Bison, réalisé par la comédienne. Elle sera également marquée par Les Frères Sœur, autre comédie de Jardin, et surtout La Bostella, première création cinématographique d’Édouard Baer, dramédie en vase – huit – clos à la narration très théâtrale.

Et pourquoi s’embarrasser d’une bande-annonce onéreuse et m’as-tu-vu, lorsque l’on est un orateur de la trempe de Baer ?

 

Astérix et périls

Malgré l’échec commercial de ce premier essai avec la casquette de réalisateur, Édouard Baer récidive en 2005 et signe Akoibon. Cette comédie loufoque, où il se met en scène avec Jean Rochefort et Benoît Poelvoorde, sera qualifiée par certaines critiques d’édouardienne ou de baerienne, tant la patte de l’acteur crève l’écran. Sa patte justement, lui autorise un bon nombre de rôles, petits ou grands, dans des comédies hexagonales plus grand public. Citons ses deux collaborations avec Éric et Ramzy, Double Zéro (2004) et Seul Two (2008), mais aussi Les Barons (2010) et Turf (2013). L’acteur atteint l’apogée de sa renommée en 2012, lors de son retour dans la franchise qui a fait sa première gloire, Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté. Ici, finis les monologues improvisés et les perruques tressées, Baer revêt cette fois le casque à ailettes du plus célèbre des Gaulois, remplaçant la pointure Christian Clavier.

giphy

 

Plus discret depuis, Édouard Baer signe son grand retour sur le devant de la scène avec Ouvert la nuit, son troisième long-métrage où il partage l’affiche avec Sabrina Ouazani et Audrey Tautou. Vase clos entre comédiens, à l’instar de La Bostella, le film s’apparente à une Traversée de Paris extravagante où Luigi, son personnage dépassé, est un adepte de “la vie de hasard”.

Du hasard, il n’y en a aucun dans son grand retour sur les ondes. En effet, comme pour boucler la boucle, l’acteur anime depuis octobre 2016 la matinale de Nova, radio qui l’a vu éclore, et grande responsable de sa bonne situation aujourd’hui. Mais, après tout, existe-t-il de bonne ou de mauvaise situation ?

Ouvert la nuit d’Édouard Baer, avec Édouard Baer, Audrey Tautou et Sabrina Ouazani

Article publié le 11 janvier.