News

À la poursuite de l’American Dream

0
0

Ces personnages, en général inspirés d’histoires vraies, ne partent de rien pour arriver au sommet. Quand le cinéma expose les travers de l’American Dream, le pays de l’Oncle Sam voit ses rêves partir en fumée.

 2016_09_14_A_la_recherche_du_bonheur@Gaumont_Columbia_Tristar_Films

© Gaumont Columbia Tristar Films

1) À la recherche du bonheur

L’American Dream est associé au gain d’argent, mais aussi à sa perte. Dans À la recherche du bonheur, Will Smith pénètre par hasard dans les affres de Wall Street. Contrairement à de nombreux films qui ont le monde de la finance pour toile de fond, celui de Gabriele Muccino ne dépeint pas un trader attiré par le profit. Chris Gardner (vrai trader dont l’autobiographie a été publiée en 2006) ne prend ce poste que pour nourrir son fils et lui éviter les services sociaux. Il s’agit d’une des prestations les plus abouties de Will Smith qui lui aura valu une nomination aux Oscars.

2016_09_14_Citizen_Kane@DR

© Droits réservés

2) Citizen Kane

Elu “meilleur film de tous les temps” en 2002, Citizen Kane est incontournable. Réalisé par Orson Welles et sorti en 1941, il suit un reporter qui enquête sur la vie et la mort d’un magnat de la presse, Charles Kane. Le réalisateur révolutionne le cinéma avec sa narration d’un nouveau genre, grâce à des flashbacks et des témoignages. Il s’est inspiré indirectement d’un milliardaire au destin similaire à celui de son personnage. Par ce biais, il souhaite s’attaquer à une classe sociale indétrônable. Malgré son statut de film culte, il a à l’époque été un échec commercial, notamment à cause de la Seconde Guerre mondiale qui a empêché sa sortie en Europe.

 2016_09_14_Le_Loup_de_Wall_Street@MEtropolitan_Film_Export

© Metropolitan Film Export

3) Le Loup de Wall Street

Il le méritait pour Le Loup de Wall Street mais Leonardo DiCaprio n’aura pas eu l’Oscar cette année-là. En 2013, pour leur cinquième collaboration, Martin Scorsese largue son protégé dans la jungle de Wall Street. C’est l’histoire d’un trader ayant réellement existé, Jordan Belfort, un financier motivé par l’appât du gain. Et qui en veut toujours plus : plus d’argent, plus de femmes, plus de drogues… Pour DiCaprio et son équipe (Jonah Hill, Jon Bernthal…), plus dure sera la chute. Certaines scènes mémorables sont déjà des classiques et auront tout de même valu à Leo un Golden Globe.

 2016_09_14_Social_Network@Sony_Pictures_Releasing

© Sony Pictures Releasing

4) The Social Network

En 2010, David Fincher relate à l’écran la (jeune) vie d’un des génies du web, Mark Zuckerberg. Avec Jesse Eisenberg dans le rôle-titre, le réalisateur de Fight Club expose les coulisses de la création de Facebook. Pour ce faire, il s’inspire du livre La revanche d’un solitaire de Ben Mezrich. Il y explique comment l’inventeur du réseau social a créé son site en partant de rien, pour devenir le magnat du web qu’il est actuellement, tout en écrasant ses adversaires. Comme à son habitude, David Fincher rafle de multiples récompenses : Oscars, César, Golden Globes…

ARMS AND THE DUDES

© Warner Bros Entertainment

5) War Dogs

Après avoir exploré les soirées alcoolisées de Very Bad Trip, Todd Phillips s’attaque aux seigneurs de la guerre dans War Dogs. Jonah Hill et Miles Teller incarnent ces deux jeunes adultes qui s’improvisent marchands d’armes presque du jour au lendemain. Ils obtiennent un contrat de plusieurs millions de dollars et se retrouvent à fourguer mitraillettes et munitions à l’armée afghane. Partis de rien, ils se retrouvent pris en sandwich entre une montagne de billets verts et la mafia albanaise. Une histoire vraie qui raconte les dérives d’un système à coups de vannes et de tubes rock.

War Dogs de Todd Philipps avec Jonah Hill, Miles Teller, Ana de Armas

Article publié le 14 septembre.